CIRCULATION ET STATIONNEMENT : COMPTE RENDU DE REUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DU 4-4-2019 + QUESTIONNAIRE D’ENQUETE POUR REMEDIER AUX PROBLEMES EXISTANTS 13-4-2019

Chaque résident copropriétaire ou locataire va recevoir ce samedi dans sa boîte aux lettres un questionnaire d’enquête sur les problèmes de circulation et de stationnement dans la résidence élaboré par le groupe de travail sur ce sujet voté en AG 2017 et le Conseil Syndical.

Ce sujet “passionnel” est très sensible au Boqueteau vu le nombre de plaintes que nous recevons et l’existence de nombreux conflits de voisinage allant jusqu’aux insultes, menaces de violences physiques ou dégradations de véhicules. Le Conseil Syndical veillera à instaurer si possible un débat serein et respectueux d’autrui dans le groupe de travail et sur le site pour essayer de remédier aux problèmes existants dans l’intérêt de tous. 

Le Conseil Syndical précise que les questionnaires feront l’objet d’un traitement strictement confidentiel et que les 2 personnes qui seront choisies pour recueillir les réponses avec les signalements de problèmes afin d’en faire une synthèse devront s’engager par écrit à ne pas divulguer les identités des auteurs sous peine d’exclusion du groupe de travail. L’objectif de ce traitement confidentiel est d’éviter tout conflit de voisinage et que chacun puisse s’exprimer librement sans risque d’être stigmatisé et sans aucune censure. 

Les résultats et signalements de problèmes seront donc publiés sur le site et affichés en préservant l’anonymat de chacun et la confidentialité pour tous.

De la même façon seront ajoutés à la synthèse qui sera publiée tous les signalements de problèmes transmis régulièrement au Conseil Syndical en préservant l’anonymat.

COMPTE-RENDU DE REUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LE STATIONNEMENT DU 4-4-2019

Présents : Conseil Syndical et M. MORVAN

Le groupe de travail et le Conseil Syndical se sont réunis pour définir les modalités de travail et définir les objectifs.

Un compte-rendu de chaque réunion sera publié.

Une réunion sera organisée chaque mois.

Il est décidé de commencer par effectuer une consultation de tous les résidents afin de cerner au mieux tous les problèmes et de proposer des solutions pour essayer d’y remédier.

Un questionnaire est élaboré et validé à l’unanimité par le Conseil et les 2 premiers membres inscrits dans ce groupe de travail.

Il est décidé de solliciter les résidents pour venir étoffer le groupe de travail, enrichir le débat et se répartir les tâches.

7 commentaires

  1. GRESSIN Jacques

    Bonjour,
    Si je comprends bien le groupe de travail en dehors du conseil syndical est constitué de Mr Morvan ?
    Il serait souhaitable que nous connaissions le nombre de participants à ce groupe et leur identité cela me parait le minimum.
    Sachant que ce groupe n’a aucune existence légale et aucun pouvoir vis à vis de la copropriété ce qu’il me parait nécessaire de rappeler.
    Cordialement
    Jacques GRESSIN

  2. conseil_syndical Auteur de l’article

    Bonjour M. GRESSIN,

    A partir du moment où la création de ce groupe de travail sur le stationnement a été votée par une majorité de copropriétaires en AG de 2017, et que nul copropriétaire n’a engagé de démarches de recours dans le délai de 2 mois, alors il devient parfaitement légal. S’applique le principe que ” l’AG est SOUVERAINE ” rappelé par L’ARC depuis 2010 à chacune des contestations habituelles sur la légalité d’une résolution identiques à la vôtre ou à celle sur le groupe de travail sur le ravalement créé par M. VALADE en 2015. Les objectifs et le pouvoir de ce groupe sont clairement définis dans la résolution votée en AG par une large majorité. Le Conseil Syndical ou un groupe de travail disposent exclusivement des pouvoirs qui sont définis par la loi ou de ceux qui sont votés par l’Assemblée Générale.
    Vous disposez d’ailleurs en tant que copropriétaire du même pouvoir que ce groupe de travail pour soumettre des résolutions constructives lors de la prochaine AG.

    D’autres personnes extérieures au Conseil et qui souhaitaient faire partie de ce groupe de travail étaient absentes ou excusées lors de la première réunion. Une autre résidente a préféré se retirer définitivement en raison du niveau des débats en AG sur la résolution de M. MORVAN” relative au stationnement.
    C’est la raison pour laquelle le Conseil Syndical appelle les copropriétaires ouverts au dialogue, constructifs et soucieux de proposer des solutions à rejoindre ce groupe de travail afin qu’il ne se limite pas uniquement à 9 personnes à ce jour.

    Cordialement
    Conseil Syndical

  3. GRESSIN Jacques

    Bonjour,
    Je ne vois pas où il y a eu problème en AG sur la résolution de Monsieur MORVAN.
    Chacun a pu donner sa position en donnant ses arguments pour ou contre, chacun était libre d’argumenter et de s’exprimer à ce moment là et de donner sa position !
    Certes si on ne veut pas débattre il ne faut pas venir.
    Par ailleurs, lorsqu’on voit la dernière proposition de Monsieur MORVAN qui avait été votée en AG de traçage de passages piétons partout dans la résidence on voit où elle nous a menée: 80% de passages piétons inutilisés, peintures effacées à 10% au bout de 6 mois et à 70% aujourd’hui, qui va repayer pour retracer ces passages inefficaces et inutiles à 80 % ?
    Même le syndic n’avait pas compris à l’époque qu’on fasse de tels traçages à de tels endroits et dans une résidence structurée de la sorte.
    Le seul fait légal de ce groupe c’est qu’il a été voté en AG et ne dispose d’aucun droit.
    Cordialement
    Jacques GRESSIN

  4. M. PINSON Jean-Marc

    Monsieur GRESSIN,

    Ne vous en déplaise, ce groupe de travail dispose des droits votés en AG qui sont exactement les mêmes que les vôtres.

    Les lignes, zébras, tracés et numéros de places privées à la peinture ne sont hélas pas plus durables ou éternels dans les rues de la ville que dans la résidence. C’est la raison pour laquelle notre gardien est actuellement en train de refaire la totalité de ceux de la résidence à moindre coût. Vous n‘ignorez probablement pas que le coût pour rénover la peinture d’un passage piéton sera logiquement beaucoup plus faible que le coût facturé à l’époque par l’ entreprise JHS qui était de 50 € l’unité.

    D’autre part, Je ne vois pas très bien la cohérence dans vos propos récurrents sur la sécurité et j’ai plutôt l’impression que vous réglez des comptes personnels avec M. MORVAN.

    En effet, le Conseil Syndical dont vous faisiez partie demandait au Syndic l’installation sans vote en AG de ralentisseurs afin de protéger les piétons pour un montant de 1 872 € .
    Votre opposition au tracé de 14 passages protégés pour les piétons pour un montant de 750 € validés en AG m’échappe donc complètement.

    Il suffit de se promener dans notre résidence pour constater que la proposition de M. MORVAN n’est peut-être pas aussi inutile, aberrante ou ruineuse que vous l’affirmez.
    Le code de la route s’applique aussi dans notre résidence et les assurances en tiendraient compte au cas où un piéton serait accidenté en traversant ces passages.
    La présence d’un passage protégé permet de sensibiliser les conducteurs ayant un comportement civique et de savoir où il est préférable de ne pas stationner à cheval sur des trottoirs pour ne pas entraver inutilement la circulation des piétons.

    M. MORVAN propose mais les résidents disposent en AG… Pour mémoire, il avait aussi fallu quelques années afin qu’il parvienne à convaincre une majorité de résidents de voter en AG pour la limitation de la vitesse à 20 km au lieu de 30 km à l’époque où nous étions la seule résidence de Saint Michel à ne pas la limiter à 10 ou 20 km. Il a rejoint le groupe de travail car ce sujet lui tient à cœur et qu’il est depuis 2010 force de propositions constructives et pas uniquement de critiques…

    En conclusion, je vous remercie simplement de nous indiquer parmi les 80 % de passages tracés ( 12 sur 14 ) lesquels sont inutilisés et qu’il serait donc selon vous inutile de repeindre pour faire des économies.

    Cordialement
    M. Pinson

  5. M. PINSON Jean-Marc

    Bonjour Monsieur GRESSIN,

    J’attends toujours votre réponse pour localiser les passages piétons selon vous inutiles afin que notre gardien ne repeigne que ceux qui sont utiles.

    En AG comme chacun peut le constater, il est hélas impossible de débattre aussi longuement et librement qu’on le souhaite car nous devons rendre la salle à minuit. Et si tous les résidents exprimaient aussi longuement que certains leur avis sur tous les sujets, alors il est probable que nous terminerions probablement comme avant à 3 h du matin et même beaucoup plus tard sans l’instauration du vote électronique. Des résidents ont d’ailleurs quitté précipitamment la salle pour éviter de devenir très désagréables envers certains et d’autres nous ont indiqué qu’ils n’y reviendraient plus pour des raisons que chacun sait sans qu’il soit utile de toutes les expliquer…Par exemple, toutes les polémiques finales pendant 1 heure sur le remplacement du logo de la résidence utilisé illégalement depuis quelques années par le Conseil sans que quiconque ne fasse la moindre remarque avant que nous ne découvrions ce problème. Toutes ces polémiques sur un sujet « mineur » et les critiques sur le travail réalisé par des copropriétaires extérieurs au Conseil Syndical résument bien un certain « climat » que beaucoup de copropriétaires faisant partie de la majorité silencieuse qui ne s’exprime jamais lors des AG ne supportent plus.

    Au sujet de la liberté d’expression, le Conseil Syndical s’est d’ailleurs volontairement auto-censuré pour ne pas répondre à l’affirmation en début d’AG qui nous a tous choqué d’une copropriétaire affirmant qu’au Boqueteau nous étions je la cite « dans une dictature ». Je vais donc en profiter pour lui répondre sur le site où il n’y a pas de censure ( sous réserve bien évidemment de ne pas citer le nom d’une personne en tenant des propos insultants ou diffamatoires à son égard).

    Peut-on sérieusement parler d’une « dictature » du Conseil Syndical lorsque l’on peut :
    1) Exprimer librement son avis en AG ou sur le site de la résidence sans limite de fréquence ou de longueur d’article
    2) Se porter librement candidat au Conseil Syndical
    3) Se faire élire Président(e) du Conseil Syndical si on le souhaite
    4) Proposer aux copropriétaires toutes les résolutions que l’on souhaite faire voter
    5) Etre consulté avant pour contribuer à l’élaboration des résolutions soumises en AG
    6 ) Contester librement les avis du Conseil Syndical rendus au syndic
    7) Voter à bulletin secret lors de l’AG

    Si nous organisons une réunion préparatoire à l’AG c’est justement pour pouvoir débattre aussi longuement que possible des résolutions sans impératif de temps.
    Si nous souhaitons favoriser le débat sur le site c’est parce que nous estimons utile et nécessaire de connaître les avis des résidents pour faire des propositions constructives et corriger si besoin des erreurs car il est toujours plus facile de les éviter en réfléchissant sur un problème à 246 qu’à 7 conseillers.

    Le seul endroit où l’on peut débattre et s’exprimer publiquement aussi longuement que l’on souhaite sur tous les sujets et résolutions de l’AG sans risque de se faire huer ou de se prendre des pouces vers le bas, c’est bien notre site internet. Chacun étant libre de lire les commentaires des uns ou des autres et d’argumenter jusqu’à la fin des temps…

    Cordialement
    JM Pinson

  6. Alice LECOIN

    Bonjour,

    Ce problème revient souvent et les solutions qui ont été trouvées et votées ne sont malheureusement pas idéales, car certaines empiètent sur les parties communes, dont les espaces verts. C’est donc la porte ouverte à d’autres cas identiques. Ne touchons pas à ce parc qui est un atout majeur pour la copropriété.…

    Quant aux échanges d’emplacements ou de box qui pourraient intervenir entre copropriétaires afin d’être chacun plus prêt de leur bâtiment, une régularisation chez le notaire n’est pas nécessaire, mais seulement un accord tacite entre les deux intéressés jusqu’à une éventuelle vente, par l’un où l’autre, où chacun devrait reprendre son lot de parking ou de box initial pour qu’il soit inscrit dans l’acte de vente chez le notaire.
    Une liste de ces échanges tacites, doit être créée et mise à jour chaque fois qu’il y aura un nouvel échange. Elle devrait être établie soit par le Conseil Syndical, soit par le Syndic
    (ceci étant une suggestion , bien sûr).

    Cordialement
    Alice LECOIN

  7. conseil_syndical Auteur de l’article

    Bonjour Madame LECOIN,

    Le Conseil a très à cœur de ne pas réduire nos espaces verts et il y veillera.

    La seule exception concerne la création de 8 boxes ( ou par défaut en cas d’absence d’acheteurs, de 8 places de stationnement numérotées ) sur la zone en herbe dans le prolongement des boxes en face des Trembles qui n’a actuellement d’autre utilité que de servir de « crotrodrôme » selon les résidents du secteur qui s’en plaignent.

    Nous comptons sur le questionnaire distribué aux résidents et leur mobilisation pour explorer toutes les pistes possibles de solutions répondant à 2 critères simples : – pas d’empiétement nuisible et évitable sur les espaces verts hors – coût zéro pour la copropriété et tous ceux qui payent déjà des charges et des taxes foncières pour leurs parkings et boxes avec un financement intégral par les seuls bénéficiaires.

    La liste de tous les échanges tacites possibles de places numérotées a déjà été faite en 2014 par le Conseil Syndical.

    Cordialement
    Conseil syndical

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *